Une émission TV destinée au Web et aux TV crée par le Bassiste et musicien de renom Mike Clinton ( Salif Keita -M- , Lamomali , De la soul ….) , en partenariat avec le label d’instrumentistes Black Stamp Music, Musicliveproductions, Ayom Music et Seven Garden.

LE CONCEPT

C’est un programme court de 7 minutes maximum. Autour de l’instrument ” Guitare Basse ” , Mike Clinton invitera dans chaque capsule un grand bassiste afin de discuter avec lui de son parcours, de son style de jeu et de son actualité. A l’issue de ce petit interview, notre invité interprètera un morceau de son répertoire avec Mike ou en solo. Les Figures emblématiques de la basse dores et déjà programmées sont : Thierry Fanfant, Allune Wade, Franck Boom, Laurent Cokelaere, Stephane Castry…

Il y aura au total 20 capsules qui seront enregistrées dans les locaux de nos partenaires MUSIC LIVE situé 3 rue Arthur Auger, 92100 MONTROUGE.
Nos partenaires confirmés sont Music Live studio, Aguilar amplifications, New York Bass Works, Bassiste MagazineBass club Paris et Eden Lutherie

Une émission TV destinée au Web et aux TV crée par le Bassiste et musicien de renom Mike Clinton ( Salif Keita -M- , Lamomali , De la soul ….) , en partenariat avec le label d’instrumentistes Black Stamp Music, Musicliveproductions, Ayom Music et Seven Garden.

LE CONCEPT

C’est un programme court de 7 minutes maximum. Autour de l’instrument ” Guitare Basse ” , Mike Clinton invitera dans chaque capsule un grand bassiste afin de discuter avec lui de son parcours, de son style de jeu et de son actualité. A l’issue de ce petit interview, notre invité interprètera un morceau de son répertoire avec Mike ou en solo. Les Figures emblématiques de la basse dores et déjà programmées sont : Thierry Fanfant, Allune Wade, Franck Boom, Laurent Cokelaere, Stephane Castry…

Il y aura au total 20 capsules qui seront enregistrées dans les locaux de nos partenaires MUSIC LIVE situé 3 rue Arthur Auger, 92100 MONTROUGE.
Nos partenaires confirmés sont Music Live studio, Aguilar amplifications, New York Bass Works, Bassiste MagazineBass club Paris et Eden Lutherie

BASSES

Voici les basses de prédilection de Mike, utilisées en studio et sur scène selon la demande et le genre musical.

Basse acoustique Rob Allen fretless Deep 5 – Sadowsky jazzbass with EMG pickups
Bluesman précision vintage – DNG 5 cordes fretless – Sadowsky UV 70
Bluesman vintage Jazz bass –  MTD 535 US – Newyorkbassworks RS5 by David Segal & David Beasley

Sponsorisé par
Aguilar amplifications

         

Distribué par Algam France

BASSES

Voici les basses de prédilection de Mike, utilisées en studio et sur scène selon la demande et le genre musical.

Basse acoustique Rob Allen fretless Deep 5 – Sadowsky jazzbass with EMG pickups
Bluesman précision vintage – DNG 5 cordes fretless – Sadowsky UV 70
Bluesman vintage Jazz bass –  MTD 535 US – Newyorkbassworks RS5 by David Segal & David Beasley

Sponsorisé par Aguilar amplifications

             

Distribué par Algam France

MIKE CLINTON

On ne le dira jamais assez, toute musique est à l’image de celui qui l’écrit ou la conçoit. Elle se nourrit de l’environnement, de l’état d’âme, des traditions et de la vie. Celle du bassiste Mike Clinton en est l’illustration.

Mike est issu d’une famille de musiciens. Il va naître de la relation entre son père, Jean-Yves Messan, bassiste d’origine gabonaise et sa mère, Esther Clinton-Celini, chanteuse et danseuse guadeloupéenne. Les deux se rencontrent lors d’une tournée d’Alan Chelly. Très tôt le jeune Mike se familiarise à la musique.

« En allant en Guadeloupe où j’ai passé mes années collèges au Lamentin, je me suis cassé le bras à un entrainement de football. Comme je devais faire de la rééducation, ma grand-mère, kiné, m’a recommandé de faire de la guitare pour renforcer mon bras. J’ai emprunté la basse d’un ami dans le quartier, je me suis mis à travailler dessus en écoutant le groupe Sixun et tous les concerts «live». J’y ai pris goût, et avec ce copain Jean-Luc Arstand, nous avons commencé à faire nos propres sons ».

Musicalement, le jeune artiste se sent proche de Marcus Miller, mais aussi de Michel Alibo, Pino Palladino ou encore Etienne M’Bappé, Guy N’Sangué, Richard Bona …

Le jeune passionné est conscient que pour se rapprocher du niveau de ses idoles, il faut qu’il se perfectionne. Il explore les musiques antillaises, haïtiennes, africaines, afro-américaines mais aussi pop-rock.

Ces deux écoles, antillaise et africaine, font partie intégrante de l’ADN de Mike Clinton. Fort de ses expériences, le bassiste multiplie les collaborations en tant que sideman : Saïan Supa Crew, Raul Midon, Les Nubians, Kassav, Toups Bebey, Féfé, Delasoul, « M » Mathieu Chedid (Lamomali), Vianney, Gaëtan Roussel et bien d’autres…

Aujourd’hui, Mike signe un premier album solo très personnel intitulé Koleksyon, co-produit par Sidney Regal pour le label Black Stamp Music. Ce premier projet raconte la Caraïbe et l’Afrique. « Le but de nos rencontres est de savoir qui on a envie d’inviter, comment développer des morceaux qui puissent regrouper tous ces Mondes et mon rêve serait de mélanger des artistes africains, créoles, français et même anglophones. J’ai créé des musiques en mélangeant des rythmes d’Afrique avec des codes de la musique antillaise et de la pop music. J’aimerais inviter des icônes de la Caraïbe comme Dédé Saint-Prix, Tanya Saint-Val, Tony Chasseur… mais j’espère aussi pouvoir inviter des artistes venant de tous ces horizons. » Ainsi le créole côtoie les langues africaines, françaises et anglaises. «J’aimerais que ce beau mélange donne envie de voyager mais surtout de créer des ponts entre ces cultures. »

Samuel Nja Kwa

MIKE CLINTON

On ne le dira jamais assez, toute musique est à l’image de celui qui l’écrit ou la conçoit. Elle se nourrit de l’environnement, de l’état d’âme, des traditions et de la vie. Celle du bassiste Mike Clinton en est l’illustration.

Mike est issu d’une famille de musiciens. Il va naître de la relation entre son père, Jean-Yves Messan, bassiste d’origine gabonaise et sa mère, Esther Clinton-Celini, chanteuse et danseuse guadeloupéenne. Les deux se rencontrent lors d’une tournée d’Alan Chelly. Très tôt le jeune Mike se familiarise à la musique.

« En allant en Guadeloupe où j’ai passé mes années collèges au Lamentin, je me suis cassé le bras à un entrainement de football. Comme je devais faire de la rééducation, ma grand-mère, kiné, m’a recommandé de faire de la guitare pour renforcer mon bras. J’ai emprunté la basse d’un ami dans le quartier, je me suis mis à travailler dessus en écoutant le groupe Sixun et tous les concerts «live». J’y ai pris goût, et avec ce copain Jean-Luc Arstand, nous avons commencé à faire nos propres sons ».

Musicalement, le jeune artiste se sent proche de Marcus Miller, mais aussi de Michel Alibo, Pino Palladino ou encore Etienne M’Bappé, Guy N’Sangué, Richard Bona …

Le jeune passionné est conscient que pour se rapprocher du niveau de ses idoles, il faut qu’il se perfectionne. Il explore les musiques antillaises, haïtiennes, africaines, afro-américaines mais aussi pop-rock.

Ces deux écoles, antillaise et africaine, font partie intégrante de l’ADN de Mike Clinton. Fort de ses expériences, le bassiste multiplie les collaborations en tant que sideman : Saïan Supa Crew, Raul Midon, Les Nubians, Kassav, Toups Bebey, Féfé, Delasoul, « M » Mathieu Chedid (Lamomali), Vianney, Gaëtan Roussel et bien d’autres…

Aujourd’hui, Mike signe un premier album solo très personnel intitulé Koleksyon, co-produit par Sidney Regal pour le label Black Stamp Music. Ce premier projet raconte la Caraïbe et l’Afrique. « Le but de nos rencontres est de savoir qui on a envie d’inviter, comment développer des morceaux qui puissent regrouper tous ces Mondes et mon rêve serait de mélanger des artistes africains, créoles, français et même anglophones. J’ai créé des musiques en mélangeant des rythmes d’Afrique avec des codes de la musique antillaise et de la pop music. J’aimerais inviter des icônes de la Caraïbe comme Dédé Saint-Prix, Tanya Saint-Val, Tony Chasseur… mais j’espère aussi pouvoir inviter des artistes venant de tous ces horizons. » Ainsi le créole côtoie les langues africaines, françaises et anglaises. «J’aimerais que ce beau mélange donne envie de voyager mais surtout de créer des ponts entre ces cultures. »

Samuel Nja Kwa

CONTACT

Pour toute demande d’enregistrement personnalisé, veuillez me contacter via ce formulaire

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Sujet

Votre message

CONTACT

Pour toute demande d’enregistrement personnalisé, veuillez me contacter via ce formulaire

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Sujet

Votre message